review

L‘Heure Espagnole – Novembre 2018 – Opéra de Lyon

Clémence Poussin campe une Concepcion plus vraie que nature : timbre clair, diction et projection idéale
http://www.classiquenews.com/compte-rendu-opera-lyon-opera-ravel-lheure-espagnole-17-nov-2018-orchestre-de-lopera-de-lyon-jonathan-stockhammer/

Tous les chanteurs ont une diction impeccable, une jouissive tendance au cabotinage et une vraie compréhension des enjeux de la mise en scène. Dans le rôle de Concepción, Clémence Poussin est pétillante, tantôt langoureuse, tantôt exaspérée par la bêtise du muletier (le parfait Christoph Engel). 
https://bachtrack.com/fr_FR/critique-heure-espagnole-bonas-pont-stockhammer-poussin-desgeorges-mour-hassler-engel-opera-lyon-novembre-2018

Clémence Poussin, en Concepcion à la voix solide, donne superbement corps au tempérament de feu de l’insatiable maitresse des lieux et des cœurs.“
https://www.opera-online.com/fr/columns/brigittemarlt/lheure-espagnole-a-lopera-de-lyon-une-fantaisie-onirique-aux-accents-poetiques

La mezzo-soprano Clémence Poussin interprète la langoureuse chatte Concepción, coquine femme de l’horloger, avec assurance et maîtrise.“
https://www.olyrix.com/articles/production/2526/lheure-espagnole-opera-national-lyon-ravel-opera-lyon-17-novembre-2018-stockhammer-pont-bonas-vancraenenbroeck-chaupin-poussin-engel-desgeorges-hassler-mour-orchestre-studio-critique-chronique-compte-rendu-a

Macbeth – Avril 2018 – Opéra de Lyon

 » la Dame d’honneur exceptionnelle de présence vocale et scénique de Clémence Poussin. »
https://www.lyon-newsletter.com/18-03/musiqueoperajazz-2/chronique-patrick-favre-tissot-bonvoisin-2/

Attention toutefois, on ne l’entend qu’au moment où Lady Macbeth plonge dans la folie, mais cela est suffisant pour être captivé par la fraîcheur et la délicatesse charmante du chant de Clémence Poussin, un éclat de luminosité inattendu dans cet univers de noirceur„
http://fomalhaut.over-blog.org/2018/03/macbeth-branchini-azizov-magnus-todenes-scandiuzzi-dm-rustioni-ms-van-hove-lyon.html

 „Le plateau de Macbeth permet d’apprécier toutefois la prestation incisive du baryton Elchin          Azizov dans le rôle-titre et la voix ravissante et fruitée de Clémence Poussin, lors des quelques brèves interventions de la suivante de Lady Macbeth…“
https://www.la-croix.com/Culture/Musique/A-Lyon-passion-Verdi-2018-03-23-1200926159?from_univers=lacroix

Le procédé fonctionne admirablement et confère grandeur et noblesse aux interventions d’un Jeune Chœur de Paris aux voix limpides et fraîches, d’où se détache le chant stylé de Clémence Poussin qui cumule les rôles fusionnés de la première et de la deuxième prêtresse.“
https://www.forumopera.com/iphigenie-en-tauride-saint-quentin-en-yvelines-o-merveilleuse-andreea